La réponse de l’Afrique à la pandémie appelle à la reconquête de la souveraineté économique et monétaire: une lettre ouverte

0
185

Alors que l’Afrique a, jusqu’à présent, été épargnée par les pires effets sur la santé publique de la pandémie du COVID-19, la fermeture économique qui a suivi a mis en évidence les déficiences économiques et les vulnérabilités structurelles de l’Afrique.

En tant que continent riche en ressources, l’ Afrique a la capacité de fournir une qualité de vie décente à tous ses habitants. L’Afrique est capable d’offrir des services publics universels, tels que les soins de santé et l’éducation, et de garantir un emploi aux personnes qui souhaitent travailler, tout en garantissant un système de soutien du revenu décent à ceux qui ne peuvent pas travailler.

Cependant, des décennies de bouleversements socio-économiques coloniaux et postcoloniaux exacerbés par la libéralisation du marché ont poussé les pays africains dans un cercle vicieux comportant plusieurs déficiences structurelles, caractérisées par:

  • un manque de souveraineté alimentaire;
  • un manque de souveraineté énergétique;
  • industries manufacturières et extractives à faible valeur ajoutée.

Cette trinité impie produit une pression à la baisse très douloureuse sur les taux de change africains, ce qui signifie des prix plus élevés pour les importations de produits de première nécessité tels que la nourriture, le carburant et les produits médicaux vitaux.

Afin de protéger les gens de ce type d’inflation importée, les gouvernements africains empruntent des devises étrangères afin de maintenir artificiellement les devises africaines «fortes» par rapport au dollar américain et à l’euro. Cette solution artificielle de «pansement» contraint les économies africaines à un mode d’activité économique effréné, centré exclusivement sur le gain de dollars ou d’euros pour assurer le service de cette dette extérieure.

En conséquence, les économies africaines ont été piégées dans un modèle d’austérité, souvent imposé par des conditions fixées par le Fonds monétaire international (FMI), ainsi que par la pression constante d’autres créanciers pour protéger leurs intérêts politiques et économiques, qui empiète davantage sur la souveraineté économique, monétaire et politique des pays africains. Les conditions imposées par le FMI et les créanciers internationaux se concentrent généralement sur cinq stratégies politiques problématiques et infructueuses:

(1) une croissance orientée vers l’exportation;

(2) la libéralisation des investissements directs étrangers (IDE);

(3) la promotion excessive du tourisme;

(4) privatisation des entreprises publiques (SOE);

(5) libéralisation des marchés financiers.

Chacune de ces stratégies est un piège déguisé en solution économique. La croissance tirée par les exportations augmente les importations d’énergie, de biens d’équipement à haute valeur ajoutée et de composants industriels, et encourage l’accaparement des terres et des ressources, mais n’augmente que les exportations de produits à faible valeur ajoutée.

Et, bien entendu, tous les pays en développement ne peuvent pas suivre simultanément un tel modèle. Si certains pays veulent réaliser un excédent commercial, il doit y en avoir d’autres prêts à accuser un déficit commercial.

La croissance tirée par les IDE augmente les importations d’énergie et contraint les pays africains à une course sans fin vers le bas afin d’attirer les investisseurs via des allègements fiscaux, des subventions et des réglementations du travail et de l’environnement plus faibles. Elle conduit également à la volatilité financière et à d’importants transferts nets de ressources vers les pays riches, certains prenant la forme de flux financiers illicites.

La plupart des entreprises publiques ont été privatisées dans les années 90 (par exemple, les télécommunications, les compagnies d’électricité, les compagnies aériennes, les aéroports, etc.). La poursuite de la privatisation dévastera les petits filets de sécurité sociale qui restent sous contrôle public.

La libéralisation des marchés financiers passe généralement par une déréglementation des financements, une baisse des impôts sur les plus-values, la suppression des contrôles des capitaux et une augmentation artificielle des taux d’intérêt et des taux de change – tout cela garantit un environnement attractif pour les plus grands spéculateurs financiers du monde.

Ils afflueront avec une ruée vers «l’argent chaud», seulement pour «acheter bas et vendre haut», puis s’enfuiront, laissant derrière eux une économie déprimée.

Enfin, tous les accords de libre-échange et d’investissement visent à accélérer et à approfondir ces cinq stratégies, poussant les économies africaines plus profondément dans ce bourbier.

Ce modèle de développement économique défectueux aggrave encore la «fuite des cerveaux» de l’Afrique, qui, tragiquement, dans certains cas, prend la forme de bateaux de la mort et de routes de la mort pour les migrants économiques, sanitaires et climatiques.

Ces cinq solutions politiques ponctuelles ont tendance à être attrayantes car elles apportent un soulagement temporaire sous la forme de création d’emplois et donnent l’illusion de la modernisation et de l’industrialisation.

Cependant, en réalité, ces emplois sont de plus en plus précaires et sensibles aux chocs externes sur la chaîne d’approvisionnement mondiale, la demande mondiale et les prix mondiaux des produits de base. En d’autres termes, le destin économique de l’Afrique continue d’être dirigé de l’étranger.

La pandémie COVID-19 a révélé les racines des problèmes économiques de l’Afrique. Par conséquent, la reprise postpandémique ne sera durable que si elle remédie aux déficiences structurelles préexistantes.

À cette fin, compte tenu de la crise climatique imminente et de la nécessité d’une adaptation socio-écologique, la politique économique doit reposer sur des principes et des propositions alternatifs.

Nous appelons tous les États africains à développer un plan stratégique axé sur la reconquête de leur souveraineté monétaire et économique, qui doit inclure la souveraineté alimentaire, la souveraineté des énergies (renouvelables) et une politique industrielle centrée sur une plus forte valeur ajoutée de la fabrication.

L’Afrique doit mettre un terme à son approche «nivelée par le bas» du développement économique au nom de la concurrence et de l’efficacité.

Les partenariats commerciaux régionaux au sein du continent doivent être fondés sur des investissements coordonnés visant à former des liens industriels horizontaux dans des domaines stratégiques tels que la santé publique, les transports, les télécommunications, la recherche et le développement et l’éducation.

Nous appelons également les partenaires commerciaux de l’Afrique à reconnaître l’échec du modèle économique extractif et à adopter un nouveau modèle de coopération qui inclut le transfert de technologie, de véritables partenariats dans la recherche et le développement et des structures d’insolvabilité souveraine – y compris l’annulation de la dette souveraine – qui préservent la production. et l’emploi.

Les États africains doivent développer une vision à long terme claire et indépendante pour renforcer la résilience aux chocs externes. La souveraineté économique et monétaire ne nécessite pas d’isolement, mais elle nécessite un engagement envers les priorités économiques, sociales et écologiques, ce qui signifie la mobilisation des ressources nationales et régionales pour améliorer la qualité de vie sur le continent.

Cela signifie devenir plus sélectif en ce qui concerne les IDE et les industries extractives orientées vers l’exportation. Cela signifie également donner la priorité à l’écotourisme, au patrimoine culturel et aux industries autochtones.

La mobilisation des ressources de l’Afrique commence par un engagement en faveur des politiques de plein emploi (un programme de garantie de l’emploi), des infrastructures de santé publique, de l’éducation publique, de l’agriculture durable, des énergies renouvelables, de la gestion durable des ressources naturelles et d’un engagement sans compromis à l’autonomisation des jeunes et des femmes via la démocratie participative, transparence et responsabilité.

Il est temps pour l’Afrique d’aller de l’avant et d’aspirer à un avenir meilleur dans lequel tous ses habitants pourront s’épanouir et réaliser leur plein potentiel. Cet avenir est à portée de main, et il commence par la reconquête de la souveraineté économique et monétaire de l’Afrique.

Signé :

Fadhel Kaboub, Denison University, Ohio, États-Unis

Ndongo Samba Sylla, Dakar, Sénégal

Kai Koddenbrock, Université Goethe, Francfort, Allemagne

Ines Mahmoud, Tunis, Tunisie

Maha Ben Gadha, Tunis, Tunisie

[1] Les signatures représentent les opinions personnelles des auteurs et non celles de leurs employeurs ou d’autres affiliations institutionnelles.

L’initiative de souveraineté économique et monétaire africaine a débuté il y a près de trois ans en préparation de la première conférence sur  la quête de la souveraineté économique et monétaire en Afrique du 21e siècle , qui s’est tenue à Tunis (du 6 au 9 novembre 2019).

Un volume édité de la conférence sera publié par Pluto Press (2021), et une deuxième édition de la conférence aura lieu à Dakar en 2021 (après la pandémie, espérons-le!). De nombreux participants à la conférence de Tunis nous ont exhortés à continuer de bâtir sur l’élan de la conférence et à aller au-delà des cercles universitaires et gouvernementaux et aux mouvements de la société civile.

Depuis le début de la pandémie, nous avons vu plusieurs déclarations sur les effets de la pandémie en Afrique, notamment celle d’  intellectuels publics africains  et celle de  féministes africaines  appelant à des réformes structurelles profondes pour renforcer la résilience pendant la pandémie. Nous voulions ajouter nos voix à cet élan en soulignant l’importance de renforcer la souveraineté économique et monétaire en Afrique et de mettre en œuvre un modèle de développement économique alternatif.

Bien que la communication de ces idées aux dirigeants africains soit importante, nous pensons qu’il est essentiel de s’engager avec les mouvements de base, les dirigeants d’ONG, les militants, les syndicalistes et les citoyens moyens, c’est pourquoi nous avons fourni plusieurs traductions en langues africaines et dans d’autres langues du Global Sud. Nous voulions parler directement à la personne moyenne dans sa propre langue sans les filtres des institutions gouvernementales et des médias traditionnels. Nous espérons que cette lettre suscitera un discours public plus large sur un cadre de politique de développement économique alternatif, et qu’elle fournira un discours anti-austérité cohérent pour le Sud. Nous avons également décidé d’inclure plusieurs lectures audio de cette lettre ouverte en plusieurs langues dans un véritable effort pour atteindre les personnes qui ne savent pas lire, les personnes malvoyantes,

Nous sommes reconnaissants aux plus de 600 universitaires, chercheurs, dirigeants de la société civile, organisations syndicales, défenseurs du climat et militants des droits de l’homme du monde entier qui ont signé cette lettre ouverte. La liste complète des signataires est disponible ici(liste mise à jour quotidiennement).

Nous souhaitons mettre en lumière quelques intellectuels publics de premier plan qui ont approuvé cette lettre ouverte: Stephanie Kelton, Michael Hudson, Abukar Arman, Abdul El-Sayed, Chérif Salif Sy, Crystal Simeoni, Marie Angélique Savané, Grieve Chelwa, Prabhat Patnaik, Bruno Théret, Ilene Grabel, Steve Keen, Wolfram Elsner, Pavlina Tcherneva, James Galbraith, Christine Desan, Radhika Desai, Haider Khan, Carolina Alves, Patrick Bond, Bill Mitchell, Martin Watts, Lilia Labidi, Mathew Forstater, Eiman Zein-Elabidin, Habib Ayeb, Mona Ali, George DeMartino, F.Gregory Hayden, Hazel Gray, Gary Dymski, Martha McCluskey, L.Randall Wray, Cyrus Bina, Redge Nkosi, Ibrahim Fraihat, David Barkin, Scott Fullwiler, Nathan Tankus, Hamza Hamouchene, Moussa Mbaye, Carolyn McClanahan, Marc Lavoie, Ali Kadri, Nitasha Kaul, Andrés Bernal, Mabrouka MBarek,

La couverture médiatique de cette lettre ouverte comprend: Kapital Afrik ,  Deutche Welle , Financial Afrik , Daily Maverick , Progressive International ,  Algerie 9 , Mediapart , All Africa ,  Historica.ly (podcast), Macro & Cheese (podcast),  Steigan.no ,  Red MMT España , Brave New Europe , Real Progressives . S’il vous plaît diriger tous les inqueries des médias au sujet de cette lettre ouverte à  monetarysovereigntyafrica gmail.com

Veuillez signer cette lettre ouverte ci-dessous. Partagez sur les réseaux sociaux avec #AfricanMonetarySovereignty et suivez-nous sur Twitter @Mon_Sovereignty  pour des mises à jour plus fréquentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE